Crise systémique globale / Septembre 2008 - Phase d'effondrement de l'économie réelle aux Etats-Unis


- Communiqué public GEAB N°22 (15 février 2008) -



Crise systémique globale / Septembre 2008 - Phase d'effondrement de l'économie réelle aux Etats-Unis
Selon LEAP/E2020, la fin du 3° trimestre 2008 marquera un nouveau point d'inflexion dans le développement de la crise systémique globale. A cette date en effet, l'impact cumulé de l'ensemble des différentes séquences de la crise (voir tableau ci-dessous) attendra sa puissance maximale et affectera donc de manière décisive le coeur même des systèmes concernés, au premier rang desquels se trouvent les Etats-Unis, épicentre de la crise actuelle. Aux Etats-Unis, ce nouveau point d'inflexion se traduira par un effondrement de l'économie réelle, ultime étape socio-économique de l'explosion en série des bulles immobilières et financières (1) et de la poursuite de la chute de la valeur du Dollar. L'effondrement de l'économie réelle US représente tout simplement l’arrêt quasiment complet de la machine économique américaine : faillites privées et publiques en très grand nombre, fermetures massives d'entreprises et de services publics (2), ...

Signe avant-coureur, il est intéressant de noter qu'à partir de Mars 2008, le gouvernement américain interrompra un service de publication de ses indices économiques pour des raisons de contraintes budgétaires (3). Les lecteurs du GEAB N°2 et de l'alerte connexe, gardent certainement en mémoire notre anticipation qui avait notamment corrélé la chute à venir du Dollar avec la fin de la publication de M3 par la Réserve fédérale US. Voici à notre avis un nouveau signal clair que les dirigeants américains s'attendent dorénavant à de bien sombres perspectives économiques pour leur pays.

Perspective temporelle des 7 séquences de la phase d'impact de la crise systémique globale, anticipée depuis la mi-2007 - Source LEAP/E2020, GEAB N°18 (10/2007)
Perspective temporelle des 7 séquences de la phase d'impact de la crise systémique globale, anticipée depuis la mi-2007 - Source LEAP/E2020, GEAB N°18 (10/2007)
Dans ce GEAB N°22, les experts de LEAP/E2020 tentent notamment d'anticiper les conséquences concrètes de cet effondrement de l'économie réelle américaine sur les Etats-Unis eux-mêmes, et sur les autres régions de la planète. Parallèlement, notre équipe développe une série de cinq recommandations stratégiques et opérationnelles pour se prémunir face à l'aggravation de la crise systémique globale des mois à venir.

A l'occasion du deuxième anniversaire de la publication de sa fameuse « Alerte crise systémique globale » qui avait fait le tour de la planète en Février 2006 (4), LEAP/E2020 souhaite néanmoins rappeler que nous entrons désormais de plain-pied dans une période sans aucun précédent historique. Comme l'a souligné à maintes reprises depuis deux ans notre équipe de chercheurs, les comparaisons avec les crises précédentes de l'économie moderne sont fallacieuses. Il ne s'agit en effet ni d'un « remake » de la crise de 1929 ni d'une répétition des crises pétrolières des années 1970 ou boursières de 1987. Il s'agit bel et bien d'une crise systémique globale, c'est-à-dire affectant l'intégralité de la planète et touchant directement aux fondements du système international qui sous-tend l'organisation planétaire depuis des décennies.

Pour LEAP/E2020, il est également édifiant de constater que deux ans après la publication de sa fameuse « Alerte crise systémique globale » qui avait simultanément suscité l'intérêt de millions de lecteurs dans le monde entier et l'ironie condescendante de la plupart des « experts » et « responsables » du monde économique et financier, tout le monde est désormais convaincu qu'il y a bien une crise, qu'elle est bien globale et pour la plupart qu'elle est peut-être bien systémique. Cependant, notre équipe reste toujours étonnée par l'incapacité qu'ont ces mêmes experts et responsables à appréhender la nature même du phénomène que nous vivons actuellement. A les lire, cette crise systémique globale ne serait qu'une sorte de crise, « classique » mais en plus « gros ». C'est ainsi que les médias financiers reflètent d'ailleurs les interprétations dominantes de la crise en cours. Pour notre équipe c'est là une démarche non seulement intellectuellement paresseuse (5) mais moralement coupable car elle a pour principale conséquence de ne pas permettre aux lecteurs (qu'ils soient simples citoyens, investisseurs individuels ou responsables d'institutions privées ou publiques) de se préparer aux chocs à venir (6).

Ainsi, contrairement à ce que l'on peut lire ces dernières semaines dans les médias dominants, toujours prompts à tenter de camoufler la réalité pour servir les intérêts qui les dominent, LEAP/E2020 souhaite rappeler que c’est avant tout aux Etats-Unis que cette crise systémique globale prend avant tout une forme sans précédent (la « Très Grande Dépression US » comme l'a appelée notre équipe dès Janvier 2007 (7)) puisque c'est autour d'eux, et d'eux seuls, que s'est progressivement organisé le monde issu de la Seconde Guerre Mondiale. Les différents numéros du GEAB ont largement expliqué cette situation. Pour résumer, nous jugeons utile de souligner que ce n'est ni l'Europe ni l'Asie qui ont un taux d'épargne négatif, une crise immobilière généralisée jetant à la rue des millions de citoyens, une devise en chute libre, des déficits publics et commerciaux abyssaux, une économie en récession et pour couronner le tout, des guerres coûteuses à financer.

Ce ne sont donc ni l'Asie ni l'Europe (plus exactement ‘la zone Euro’) qui subiront les conséquences les plus brutales, les plus durables et les plus négatives de la crise en cours ; mais bien les Etats-Unis et les pays/économies fortement corrélé(e)s aux Etats-Unis (ce que nos experts appellent désormais le « risque américain ») (8). Il y a bien en effet « découplage » entre l'économie US et celles des autres grandes régions du monde. Mais « découplage » ne signifie pas « indépendance ». Il est bien évident, comme l'a anticipé LEAP/E2020 depuis de nombreux mois, que l'Asie et l'Europe seront affectées par la crise. « Découplage » signifie en revanche que les évolutions de l'économie US et celles des autres grandes régions du monde ne sont désormais plus synchronisées, que l'Asie et l'Europe évolueront dorénavant selon des trajectoires qui ne seront plus déterminées par celles de l'économie US.

La crise systémique globale marque en fait le début du « découplage » entre l'économie US et celles du reste de la planète. Les économies non « découplées » seront d'ailleurs celles qui vont être entraînées dans la spirale négative américaine.

Chute brutale du nombre des emplois indépendants aux Etats-Unis - Source Bureau of Labor Statistics / Merril Lynch (les zones ombrées représentent les périodes de récession)
Chute brutale du nombre des emplois indépendants aux Etats-Unis - Source Bureau of Labor Statistics / Merril Lynch (les zones ombrées représentent les périodes de récession)
Les exemples d’explosion des bulles immobilière (2006) et financière (2007) sont éloquents. En effet, l'immense majorité des opérateurs (non-spécialistes du secteur concerné) a découvert que la « fête était finie » bien après le renversement de tendance. Durant toute la période de retournement (qui dure en général 6 mois à 1 an maximum), la parole dominante a continué à prétendre que rien ne changeait et que les incertitudes naissantes n'avaient aucune raison d'être ; puis, que les problèmes resteraient confinés au secteur concerné et aux seuls Etats-Unis. Ceux, aux Etats-Unis et dans le reste du monde, qui ont écouté ce discours s'en mordent les doigts aujourd'hui car ils sont désormais prisonniers de maisons invendables (ou en passe d'être saisies) ou voient chaque jour un peu plus que la veille la valeur de leurs actions s'effriter (9).

Concernant les marchés boursiers, notre équipe avait anticipé dès Octobre 2007 que les bourses mondiales perdraient entre 20% et 60% selon les régions au cours de l'année 2008. Aujourd'hui, nous devons réévaluer nos anticipations en direction d'une baisse encore plus forte puisque, d'une part, les places boursières ont en général déjà perdu entre 10% et 20% depuis le début de l'année (1°), et que, d'autre part, l'effondrement de l'économie réelle aux Etats-Unis d'ici la fin de l'été 2008 va entraîner toutes les bourses mondiales dans une spirale infernale. Pour LEAP/E2020, c'est vers une baisse de 50% en moyenne par rapport à 2007 que s'orientent désormais les bourses mondiales (y compris dans les pays émergents) (11).

Ce type de réévaluation est typique du travail d'anticipation réalisé par LEAP/E2020. Nous cherchons chaque mois à discerner les tendances qui se renforcent ou au contraire s'affaiblissent afin d'en tirer les conséquences nécessaires pour améliorer la pertinence de nos évaluations. Nous ne cherchons pas à « avoir raison » (12), à « vendre » ou « promouvoir » quoi que ce soit. Nous cherchons simplement et sans a priori à décrire à l'avance les conséquences concrètes des grandes tendances à l'oeuvre dans notre monde du début du XXI° siècle et à faire part à nos lecteurs des moyens permettant de se prémunir des conséquences les plus négatives.

Dans ce numéro 22 du Global Europe Anticipation Bulletin, avec notamment notre alerte sur l'effondrement de l'économie réelle aux Etats-Unis à partir de Septembre 2008, nous tentons à nouveau de prévenir ceux qui sont concernés par les conséquences de cet événement majeur qui va générer des troubles socio-politiques très graves aux Etats-Unis (13) dont l'économie est véritablement en train de s'écrouler (14), ce qui aura bien entendu des retombées très lourdes sur l'ensemble des marchés financiers et monétaires et pour l'économie mondiale. Nous n'avons toujours pas atteint le coeur de la crise. Selon LEAP/E2020, il sera atteint dans la deuxième moitié de 2008.

---------
Notes:

(1) Un film très instructif vient d'être présenté au Sundance Film Festival : I.O.U.S.A., réalisé par Patrick Creadon. En suivant le parcours de David Walker.S._Comptroller_General), US Comptroller General (et à ce titre en charge de contrôler les dépenses publiques du gouvernement fédéral), à l'occasion d'une série de conférences à travers les Etats-Unis sur l'état des finances publiques du pays, ce film traite de manière très directe des conséquences de la crise actuelle sur les Etats-Unis et les Américains. Sa sortie illustre combien en quelques mois la crise est sortie des débats d'expert et des conseils d'administration d'établissements financiers pour entrer dans la vie quotidienne des Américains.

(2) L'effondrement complet ces derniers jours du marché des obligations municipales américaines (les « Munis ») illustre la diffusion de la crise à tous les secteurs de la société américaine. Il représente un coup d'arrêt aux projets d'investissement public de l'ensemble des collectivités territoriales des Etats-Unis. Il est l'une des premières grandes victimes de l'implosion des « bonds insurers » qu'avait anticipée LEAP/E2020 dans le GEAB N°19. Et il démontre à nouveau combien les grandes banques sont désormais incapables de continuer à jouer leur rôle de financement de l'activité économique du pays. Sources : Financial Times, 13/02/2008 / Bloomberg, 14/02/2008

(3) Source : EconomicIndicators.Gov, Economics & Statistics Administration, US Department of Commerce

(4) Voir GEAB N°2, 15/02/2006

(5) La première raison qui empêche les « experts » de penser « l'impensable », ça n'est pas une question d'intelligence ; mais un problème « commercial ». En effet, cela les obligerait à revoir l'essentiel de leur « fonds de commerce » intellectuel (notamment leurs hypothèses traditionnelles de travail) et commercial (leurs « clients » n'apprécieraient pas de s'entendre dire qu'ils faisaient fausse route toutes ces dernières années).

(6) A ce sujet, soulignons le discours direct et sans fioriture de Mervyn King, patron de la banque centrale britannique, qui vient de prévenir ses concitoyens que la crise actuelle allait provoquer une baisse significative de leur niveau de vie. C'est un discours qu'hélas aucun dirigeant américain, y compris chez les Démocrates, ne semble prêt à tenir au peuple américain alors qu'il sera encore plus touché que le peuple britannique. Source : The Telegraph, 14/02/2008.

(7) Voir GEAB N°11, 15/01/2007.

(8) Dans ce numéro 22 du GEAB, l'équipe de LEAP/E2020 donne d'ailleurs une série de conseils pour aider les investisseurs à évaluer eux-mêmes le « risque américain » des différents pays, secteurs ou placements.

(9) Il en est de même pour tous ceux qui ont choisi d’écouter les discours dominants qui, tout au long des années 2006 et 2007, prétendaient impossible la montée du taux de change EURUSD vers 1,30, puis 1,40, puis désormais 1,50 ... en attendant les 1,70 pour la fin 2008.

(10) Seuls les « marchands de rêve » peuvent encore imaginer un redressement boursier d'ici la fin de cette année, car la crise va aller s'accélérant.

(11) Il est utile de rappeler qu'en Janvier 2008, en un seul mois, les bourses mondiales ont vu disparaître en fumée 5.200 milliards USD. Source : China Daily News, 10/02/2008

(12) Même si indéniablement nous avons eu raison ces deux dernières années en ce qui concerne la crise systémique globale.

(13) Voir ‘Séquence 6 : 2° Trimestre 2007 – 4° Trimestre 2009 : « Très Grande Dépression » aux Etats-Unis, crise sociale et montée en puissance des militaires dans la gestion du pays’, GEAB N°18, 15/10/2007

(14) Les prévisions concernant les faillites de dizaines de banques aux Etats-Unis dans les deux ans à venir illustrent l'ampleur des problèmes à venir. Source : Reuters, 01/02/2008

Vendredi 15 Février 2008
Marie-Helene Caillol
Lu 47754 fois

GEAB N°90- Sommaire

- Publié le 15 decembre 2014 -

Crise systémique globale 2015 – pétrole, monnaies, finance, sociétés, Moyen-Orient : Très Grande Tempête dans le Port de l’Occident !
Lire le communiqué public
- « Crise systémique globale : la fin de l’Occident tel qu’on le connaît depuis 1945 »
- La crise pétrolière est systémique parce qu’elle est liée à la fin de l’ère du tout-pétrole
- L’Amérique dans tous ses états
- L’Europe post-Ukraine : beaucoup de questions
- Trois missions pour la nouvelle Europe : régler la crise ukrainienne, remettre en route les relations euro-russes, échapper à un QE européen
- Moyen-Orient : la grande valse des alliances traditionnelles
- Arabie Saoudite, Iran : les alliés changent de camp
- Et les « valeurs » occidentales dans tout cela…
S’abonner

2015 – Nouvelle phase de la crise : la crise pétrolière systémique
- L’impact de la spéculation
- Guerre des prix
- Crise pétrolière systémique et finance
- Crise pétrolière systémique et géopolitique
S’abonner

Investissements, tendances et recommandations
- Pétrole : attention !
- Secteurs hauts consommateurs d’énergie comme les compagnies aériennes
- Énergie renouvelable : le bon et le moins bon
- 2015 : Rebond de l’euro et du yen
- Or : toujours sûr
S’abonner

Évaluation de nos anticipations pour l’année 2014 : 69 % de succès
L’exercice d’évaluation de nos anticipations fait ressortir le caractère exceptionnel des événements de l’année, avec notamment la crise ukrainienne...
S’abonner